L’Etreinte

A l’affiche : L’Étreinte, un film français de Ludovic Bergery , avec Emmanuelle Béart (Margaux),  Vincent Dedienne (Aurélien), Eva Ionesco (Marianne, sa sœur).

« Ma petite est comme l’eau
Elle est comme l’eau vive
Elle court comme un ruisseau ».

C’est évidemment pour Emmanuelle que Guy Béart a écrit cette chanson, pour sa « fille de Cogolin » comme  elle se présente dans La Provence  de lundi dernier 24 mai.
Et cette étreinte a bien commencé, à longer la Méditerranée et à s’émerveiller du Garlaban.
Dommage que le train ne se soit pas arrêté à Aubagne !
et que L’Étreinte ait duré !

« Un film charnel » lit-on toujours dans La Provence… « Ah ! qu’en termes galants ces choses-là sont mises ».
Le coronavirus a-t-il atteint l’esprit de l’artiste, ou bien le confinement l’a-t-elle à ce point ruinée qu’elle soit obligée de vendre son corps au premier réalisateur venu ?
Il paraît qu’elle n’avait pas lu le scénario avant d’accepter le rôle. Ce n’est pas une excuse, pour ne pas dire ce que c’est…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s