Ayka

Art et Essai : Ayka, un film de Sergey Dvortsevoy, avec Samal Yeslyamova.

Résultat de recherche d'images pour "kirghizistan"

Le Kirghizistan, en Asie centrale, est une ancienne république de l’URSS, de langue turque. L’histoire raconte cinq jours de la vie d’Ayka, « sans papier » kirghize, qui vient d’accoucher à Moscou.

Non, je ne vais pas vous faire pleurer sur les migrants et m’indigner sur leur « accueil » chez des marchands de sommeil, à la merci d’une descente de police. D’abord le scénario se passe en Russie, ensuite il montre bien que la mafia qui exploite ces immigrés kirghizes est tout autant kirghize qu’eux.

L’originalité de cette production n’est pas dans le sujet, elle est dans sa réalisation… et pourtant elle est longue, sans doute un tout petit peu trop ; l’actrice n’est pas jolie – elle n’a même aucun charme – ; il ne se passe pas grand-chose, et cela dans la crasse, la misère, la douleur et le sang… des scènes atroces.

Tout pour faire fuir, précisément comme cette jeune femme, dans le froid, sous la neige, au milieu de la circulation bruyante des rues de Moscou, ou encore dans la foule du métro…
Je me suis rarement senti comme cette fois dans l’action ; je n’étais pas spectateur confortablement assis à ma place, mais moi aussi dans la rue ou dans le métro. Quand le portable sonne de façon récurrente, obsédante, moi aussi j’ai eu envie de le prendre et de le fracasser contre le mur.
S’il y a un oscar du bruitage, c’est à Ayka qu’il faut l’attribuer.

Comme la douzaine de personnes qui étaient dans la salle, j’en suis sorti avec des hauts le cœur… un homme a crié : « ce n’est vraiment pas une comédie ».
Sans doute, comme moi, a-t-il couru l’oublier dans un bon whisky avec un glaçon dedans.

Bref un très bon film, mais tellement horrible que je ne le conseille pas, et encore moins aux hommes qu’aux femmes.

Publicités

La Favorite

A l’affiche : La Favorite, un film de Yorgos Lanthimos, avec Olivia Colman (la Reine Anne), Rachel Weisz (Lady Sarah), Emma Stone (Abigail Hill).

Un film pervers avec des personnages pervers, un spectacle pas recommandable aux dialogues crus et scabreux.
Certains me reprochent ma « bonne soirée » avec Ma Loute… Je crains des désabonnements avec ce « bon film ».

On peut jeter en effet deux regards sur cette production. Elle répond sans doute, de la part du réalisateur, au désir de fric facile en salissant la dernière des Stuart, la reine Anne d’Angleterre (1702-1714), malade de la goutte, flirtant avec la folie (mais peut-être pas que…), sujette à des caprices et des accès de colère, qui laisse le gouvernement du royaume à ses deux confidentes successives, « gardiennes de la bourse privée », avec lesquelles elle entretient des relations lesbiennes.
Je préfère occulter cet aspect nauséabond de la réalisation pour m’intéresser à la guerre de succession d’Espagne que mène contre la France de Louis XIV, le royaume d’Angleterre, dont l’armée est commandée par le duc de Malborough (Malbrough  s’en va-t-en guerre, mironton, tonton, mirontaine).
À Londres, auprès de la Reine, la duchesse de Malborough, Sarah Churchill (ancêtre de Winston, née Jennings) intrigue avec les Whigs mais aussi Godolphin, le chef des Tories, pour lever des impôts nécessaires à la poursuite de la guerre… jusqu’à ce que sa cousine Abigail, qui est aussi parente et alliée d’Harley, autre dirigeant des Tories, partisan de la paix, ne prenne sa place.
C’est l’évolution contrastée de ces deux favorites, cousines ennemies, que raconte ce film…
Certes, ça conforte l’air du temps présent, mais est-il historique ďen faire des g… ? Même s’il semble, qu’historiquement, la première en ait accusé la seconde…

Red sparrow

Red sparrow, un film d’espionnage américain de Francis Lawrence, avec Jennifer Lawrence (Dominika), Matthias Schoenaerts (l’oncle), Charlotte Rampling (Matron), Joel Edgerton (Nake Nash) et Mary-Louise Parker (Stéphanie Boucher).

J’évoquais la Môme Moineau à propos de Lady Bird… nous y voilà presque aujourd’hui avec ce moineau rouge, Red sparrow, adapté du premier roman d’un ancien agent secret, Jason Matthews.

J’ai toujours peur de m’ennuyer, et même de m’empoisonner, en allant voir des films d’espionnage auxquels souvent je ne comprends rien, mais – May, comme dirait Theresa – celui-ci n’est-il pas d’actualité en pleine affaire Skripal quand, faute de savoir gouverner leurs pays respectifs, les dirigeants politiques occidentaux s’efforcent de « réinventer » la guerre froide… et peut-être pire. Est-ce un hasard, d’ailleurs, si le méchant oncle de l’héroïne a un faux air de Wladimir Poutine ?

J’avoue aussi qu’Arthur de Watrigant, de la revue L’incorrect et TV Liberté, avait retenu mon attention en comparant le décolleté des moineaux à des ceintures d’explosif…

« Mais faut dir’ qu’je m’étais crevé les yeux
En regardant de trop près son corsage… »
(Georges Brassens)

Un thriller violent et érotique mais de bonne facture, dont les rebondissements retiennent l’intérêt pendant deux heures vingt au cours desquelles on ne cesse de se demander qui trahit qui ?… Et il n’est pas sûr que l’on puisse y apporter une réponse.

The Disaster Artist

The Disaster Artist, un film américain réalisé par James Franco, avec James Franco (Tommy Wiseau) et Dave Franco (Greg Sestero),
d ’après le livre éponyme de Greg Sestero paru en 2013.

C’est l’histoire vraie de la réalisation en 2003, par Tommy Wiseau, d’un film, The Room, tellement mauvais et mal joué qu’il en serait devenu « culte ».

C’est aussi l’histoire de l’amitié improbable de deux apprentis acteurs, l’énigmatique Tommy Wiseau et Greg Sestero,
qui « s’voyai(en)t déjà en haut de l’affiche

(…)
Ce n’est pas (leur) faut’ mais cell’ du public qui n’a rien compris ». (1)

(1) Charles Aznavour